Burkina : Foncier urbain, déguerpissement inhumain ou soupirs au bout de la vie

Actualité 06 Déc 2018

Ceci est l’avis d’un citoyen sur la situation foncière à Bobo-Dioulasso. Les habitats spontanés existent au nom du droit au logement garanti par la loi fondamentale de notre pays (s’abstenir de faire une lecture linaire ici) mais résulte surtout du désordre gouvernemental  à travers lequel les puissants continuent de piller les faibles. Ce regroupement de ghettos peint l’univers « misérable » de ses habitants qui tentent par tous les moyens de survivre dans la douleur car spoliés, mais aussi dans la dignité pour ne pas sombrer dans la déchéance et la résignation. ATTENTION je ne défends pas aveuglement les occupations anarchiques et je ne voudrais pas aussi m’ériger en gangster ou en donneur de leçon. Je ne suis pas aussi un antirépublicain. Mais je voudrais juste partager mon ressenti au nom de ma citoyenneté et de ma plume. Je suis avant tout citoyen burkinabè donc avec possibilité voire droit sinon devoir de regard sur la gestion de la gouvernance de mon pays, et poète qui peut et doit prendre (toujours) position face aux grandes questions de l’heure si tant il est vrai que l’écrivain a un rôle social à jouer. Pour la énième fois dans notre Faso, les grognements sur le foncier…
Source: BurkinaInfo
Burkina : Foncier urbain, déguerpissement inhumain ou soupirs au bout de la vie

About the author

Faso24

Leave A Reply

Comments are closed